Le FIC 2018 rayonne au-delà des frontières de la France

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 24 janvier 2018

  •  

Au Grand Palais de Lille, la 10ème édition du FIC a ouvert ses portes, avec un objectif clair et urgent de décloisonnement : le public parle au privé, l’Etat parle aux collectivités territoriales, les entreprises s’adressent aux universités et centres de recherche. La réponse est stratégique. L’échange et l’innovation priment au sein de l’esprit cybersécurité du FIC et concourent à l’enjeu de souveraineté nationale et européenne.

La stratégie française

« Notre événement s’inscrit pleinement dans l’agenda numérique de la France, de l’Europe et du reste du monde », le Général Marc Watin-Augouard, fondateur de la manifestation, pose ainsi les piliers du FIC 2018. Avec 81 pays représentés et 40 délégations officielles, les yeux se tournent vers le FIC au rayonnement international.

Les intervenants intensifient leurs efforts de sensibilisation envers tous les usagers du numérique « le climat cyber est menaçant ». Qu’il s’agisse d’Hexatrust par la voie de son président Jean-Noël de Galzain, de Julian King, commissaire à la sécurité européenne, du Général Christian Rodriguez, major général de la gendarmerie nationale, de Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, face à l’ampleur de la tâche, l’anticipation est la clé de la réussite et donc du business. Chacun est concerné, entreprises, particuliers, écoles, institutions, «  la sécurité est l’affaire de tous » et « c’est bien la résilience de l’ensemble de la société qu’il nous faut construire » précise Gérard Collomb.

Parmi les messages, retenons à juste titre que l’écosystème des acteurs de référence et start-up français, reconnus à l’international et dédiés à la cybersécurité, impulse cette montée en puissance des bonnes pratiques, formations, expertises et diagnostics.