L’espionnage sur écoute 3/4 : A la guerre économique comme à la guerre

 26.10.2016 -  55 min

L’espionnage aux fins économiques et financières existerait depuis l’apparition du commerce. A l’ère numérique, il constituerait un enjeu décisif aux conséquences exponentielles. Que comprendre de la réalité de la menace ?

Une série d’Amaury Chardeau, réalisation Julie Beressi

Dissimulant jusqu’à son existence derrière des appellations protéiformes (espionnage industriel, renseignement compétitif, renseignement d’affaires…) « l’intelligence économique » désigne le fait pour une entreprise de lorgner sur les secrets technologiques, commerciaux ou stratégiques de ses rivales. Ou bien d’oeuvrer à déstabiliser ces dernières pour mieux les éliminer.

Pierre Gastineau : Pour les grands contrats, les grandes sociétés ont toujours besoin d'un interlocuteur discret pour les aider à trouver le bon partenaire sur place, un prince, le cousin d'un chef d'état...

Le montant du butin se chiffrerait chaque année en centaines de millions, voire en milliards. Vertigineux, ce préjudice reste pourtant impossible à préciser tant la victime du jour pourra être l’agresseur de demain, et tant cette prédation économique semble relever du darwinisme propre au capitalisme.

Alain Juillet : On se méfie pas assez des stagiaires....

Intrusion informatique, vol à l’arraché, micros disposés sous des tables, campagnes de diffamation, innocents stagiaires… Chacun dénonce les coups bas de l’adversaire en mettant tous les moyens de son côté, y compris ceux des services de renseignements de son pays d’origine. Le marché ayant horreur du vide, s'est aussi développé une offre d’officines au sein desquelles opèrent souvent des anciens des services d’Etats…

Avec Alain Juillet, Président de l’Académie de l’Intelligence Économique et ancien responsable de l’Intelligence Economique auprès du Premier ministre ; Bruno Delamotte,PDG de Risk&Co ; Eric Denécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) ; Olivier Ligneul, responsable de la sécurité des systèmes d’informations ; Alain Bouillé,président du CESIN (Club des experts de la sécurité de l’information et du numérique) ; Pierre Gastineau, journaliste, rédacteur en chef d’Intelligence online ; Bernard Squarcini,ancien patron de la DGSI et président de Kyrnos Conseil ; Jean Guisnel, journaliste ; Jean-Dominique Merchet , journaliste ;Claude Moniquet , PDG de l’ESISC ; Pierre Lellouche, député.

Remerciement à Véronique Loquet.

Mixage : Alain Joubert