L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’heure du crime, la cyberattaque contre Sony Pictures en novembre dernier aux Etats-Unis. C’est peut-être la première attaque d’une cyberguerre mondiale venue des profondeurs du « Dark Web». La preuve que l’internet est devenue une véritable jungle où tous les coups sont permis !
Le 24 novembre dernier, 100% des ordinateurs de bureau de Sony Pictures ont été mis hors service. La société a vécu un véritable cauchemar informatique.  75% des serveurs de la société ont été touchés aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.  47.000 employés se sont retrouvés sans outil de travail pendant près de 8 semaines. Les virements de salaires ont été bloqués. L’équivalent de 10.000 films sur DVD ont été volés, sans parler des données confidentielles, les mots de passe, les dossiers médicaux des collaborateurs, et leurs emails privés. Avec mes invités, nous  revenons en détail sur cette attaque d’une ampleur sans précédent, et sur les moyens à mettre en œuvre pour combattre cette cybercriminalité qui envahit la toile…

Piratage de Sony : un vent de panique sur Hollywood

Le "Sony Hack", comme on l'appelle déjà, a véritablement bouleversé le petit monde hollywoodien.  Une semaine après que l'attaque ait été repérée par l'entreprise, le groupe de Hackers "Guardians Of Peace" publiait les mails personnels des dirigeants de la boîte... On pouvait y lire les plaisanteries déplacées d'Amy Pascal (numéro 2 de Sony Pictures) et de Scott Rudin (célèbre producteur), sur un petit déjeuner qu'elle devait passer en compagnie de Barack Obama... Ils y tournaient en dérision les origines du président des Etats-Unis...

Les hackers ont ainsi mis à jours l'atmosphère de haine, de compétition, de cachotteries qui règne dans le monde du cinéma américain... Ils ont aussi fait trembler les stars, en divulguant certaines des fausses identités  que les acteurs utilisent lors de leurs voyages....