17 entreprises reçoivent le label "France Cybersecurity"

Sécurité - Evénements - Rédigé le mercredi 21 janvier 2015 -Juliette Paoli

Au FIC 2015, les sociétés françaises affichent fièrement sur leurs stands leurs nouveaux labels "France Cybersecurity". Avec ce gage de qualité et de performance, les plus petites d’entre elles espèrent conquérir les marchés publics et accroître la visibilité à l’international.

C’est Axelle Lemaire en personne, secrétaire d’Etat chargée du Numérique, qui a remis les premiers labels lors d’une cérémonie à l’occasion de l’édition 2015 du Forum International de la Cybercriminalité à Lille. 17 entreprises ont été primées, pour un ensemble de 24 solutions dans le domaine de la cybersécurité et de la confiance numérique, des grands groupes Atos et Orange Cyberdéfense aux plus petites entreprises comme Walix, spécialisée dans les solutions de comptes à privilèges, ou Opentrust, éditeur de logiciels et des services de confiance dans le Cloud.

Des offres souveraines

Identifier les offres nationales et en faire un gage de qualité et de performance, tel est l’objectif de ce label, une des actions prioritaires définies dans le Plan de la Nouvelle France Industrielle consacré à la cybersécurité. L’idée est ainsi de mieux guider les clients, du secteur public ou du privé, dans leur recherche de solutions, et, en filigrane, de leur faire préférer un produit français à un produit étranger à qualité égale. Car pour être labellisées, les offres (produits, services, services managés) doivent être "souveraines" (l'entreprise doit être basée en France, R&D et capital en France).

L’accès au marché : une priorité

Selon l’Observatoire de la Confiance Numérique publié par l’ACN (l'Alliance pour la Confiance Numérique), la filière de cybersécurité représente en France plus de 600 acteurs et emploie 90 000 personnes dans le monde dont 40 000 en France. Les grandes entreprises à stature internationale et le très grand nombre de PME innovantes françaises apparaissent souvent dans le Top 5 mondial de leur métier selon l‘ANC, qui fait partie du jury du label avec un collège étatique (ANSSI, DGA et DGE) et utilisateurs (CESIN, Cigref, GITSIS). « Il n’y a pas beaucoup de pays qui disposent d’un portfolio de solutions qui sont à la fois bien positionnées sur le marché des menaces et en phase avec la stratégie aujourd’hui mise en l’œuvre par l’ANSSI(NDLR : l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information), par l’Etat pour travailler sur la protection et la souveraineté de nos moyens de protection, analyse Jean-Noël de Galzain, PDG de Walix et président d’Hexatrust, groupement de 15 sociétés spécialisées dans la cybersécurité. Pour lui, le frein à la croissance des entreprises, c’est l’accès au marché. « Nous avons absolument besoin que les acheteurs publics et privés confient des marchés aux PME françaises. » C’est le message qu’il a d’ailleurs transmis à Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur qui s’est déplacé hier au FIC de Lille.