Une vulnérabilité critique permettant d’uploader des webshells a été identifiée sur les versions de WordPress 6.0 à 6.8.

 

 

Selon certaines sources, cela peut représenter 52% des WordPress (350 000 sites web).